Yoga chemin d enstase : Cosmologie

I. b) Cosmologie

Combien de temps cela avait-il duré ? Ramalec savait bien que le temps s’étirait parfois étonnamment dans un sens ou dans l’autre auprès du vieux1, et encore une fois il s’était laissé surprendre.

La bûche à peine entamée tout-à-l’heure finissait de se consumer maintenant. Mais était-ce seulement encore la même ? Il voulut poser la question au Chaman, mais celui-ci le devança d’un tonitruant : « Va me chercher encore un peu de bois ! ».

Ramalec n’eut pas à aller bien loin pour trouver ce bois. Il n’eut qu’à s’éloigner du foyer de quelques pas. Juste assez pour regarder le vieux avec un certain recul. Il était encore le Chaman du village assurément. Mais il était aussi différent des Chamans alentours. Était-ce sa pratique assidue du Yoga qui en faisait autre chose ? Ses rides aux coins des yeux et ses plissements sous l’aile du nez rappelaient qu’il avait dû passer une bonne partie de sa vie à sourire, nez au vent. Sa peau était tannée et encore tout fripée, comme celle d’un jeune bouquetin nouveau-né. Il devait avoir près de 1000 ans calcula Ramalec. Il se demandait même si le vieux n’était pas déjà là au commencement des temps ?

Comme s’il avait entendu l’interrogation du garçon, comme s’il avait été là au commencement, Eclair Cramh se mit à réciter :

C’est Brahmanaspati qui a
soudé ensemble ces (mondes), comme un forgeron.
Dans l’ère primitive des dieux,
l’Être naquit du non-Être.
Dans l’âge premier des dieux,
l’Être naquit du non-Être.
Naquirent à la suite les orients,
du sein de la Parturiente.
La terre naquit de la Parturiente,
de la terre naquirent les orients,
d’Aditi naquit Dakśa
et du sein de Dakśa, Aditi.
C’est alors qu’Aditi vint au monde,
celle qui fut ta fille, ö Dakśa.
Les dieux naquirent à sa suite,
les bienheureux, frères dans l’immortalité.
Quand vous vous trouviez en ce temps dans l’onde,
dieux serrés l’un contre l’autre,
une poussière violente jaillit
de vous comme (celle qui émane) de danseurs.
Quand, tels des magiciens, dieux,
vous gonfliez les mondes,
vous ramenâtes (au jour) le soleil
qui était caché dans les mers.
Il y a huit fils d’Aditi,
qui sont nés de ses entrailles.
Avec sept elle accéda aux dieux
et poussa Mârtânda à l’écart.
Avec sept fils, Aditi
accéda à l’ère primitive.
Elle Ramena (sur terre) Mârtânda
pour qu’à son tour il procrée et meure.2

Ramalec resta silencieux tout le temps que le Chaman récita. Il n’en était pas moins circonspect. Au village on racontait une toute autre version des premiers temps. C’était tellement plus compliqué ici ! C’était donc certainement vrai ! Il y avait tous ces noms bizarres (alors qu’au village on parlait simplement du grand père feu, de grand mère tortue, de grand père rocher, etc … ). Ce n’était pas la première fois, que le jeune Ramalec, devant l’étendue de la bizarrerie des propos du vieux, aussi fasciné soit il, se disait ; « Mais comment peut-on être Yogi ? »3

Il en fit la remarque à haute voix. Et Eclair Cramh, s’ajustant, à un niveau plus accessible au gamin, compléta de la sorte :

« En vérité, la Personne primordiale n’avait pas de joie. Par conséquent, celui qui est seul n’a pas de joie. Il désira une seconde personne, un autre. Il devint aussi grand qu’un homme et une femme enlacés. Il se dédoubla et de ce dédoublement naquirent l’Époux et l’Épouse. Par conséquent, comme dit Yâjnavalkya, ce corps n’est que la moitié de soi-même, comme l’une des deux moitiés d’un petit pois divisé en deux. Donc l’espace est empli par l’Épouse. Prajapâti s’unit à elle et les êtres humains naquirent de cette union. »

Néanmoins, des scrupules assaillirent cette moitié féminine de Prajapâti, son Épouse-Fille, et ce sont en fait ces scrupules et cette pudeur qui devinrent le ressort de la continuation sous d’innombrables formes de l’acteur créateur. Prajapâti poursuit son principe femelle dans toutes les formes où il se cache :

« Elle considéra : « comment ! Il m’a engendrée et il s’accouple avec moi ? Ah ! Je vais me cacher ! » Elle se fait vache, il se fait taureau ; il la couvrit, et les bovins naquirent de cet accouplement. Elle se fait jument, lui cheval ; elle ânesse, lui âne ; elle chèvre, lui bouc, etc. Ainsi créa-t-il tout ce qui existe par couples, jusqu’aux fourmis. Et il sut : Je suis toute cette Création car elle est sortie de moi. »

Il procède ensuite à la Création de deux dieux : Agni le Feu, de sa bouche et de ses mains, et Soma le Nectar (dont le réceptacle est la Lune) et tout ce qui est humide, de son sperme. « Et ce monde n’est rien d’autre que Soma et Agni, combustible et feu. Soma est la nourriture et Agni le mangeur de nourriture. L’univers se divise en mangeur et mangé. Ce fut là sa plus haute création, car il créa ces dieux qui sont supérieurs à lui. »4

Ramalec avait les yeux tout brillants ! Il avait immédiatement déduit de ce récit qu’il était donc lui même, (comme son chien Malouk et sa chatte Shalomé) un descendant de la lignée divine ! Cela le mit de bonne humeur pour le reste de la journée. En y bien observant, on eut pu même remarquer qu’il bombait certainement le torse un peu plus qu’à l’ordinaire. Et il aurait bien vite couru au village faire le fier devant ses jeunes amis, s’il n’avait compris dans le même temps, que ses compagnons de jeux étaient autant d’essence sacrée que lui-même.

1« Grand Père », ou « le vieux » sont des marques de respect dans les cultures de tradition chamanique.

2Rg-Veda. X.72 – « Hymnes Spéculatifs du Véda » traduits du sanskrit et annotés par Louis Renou (p 143) – Connaissance de l’Orient – Gallimard / Unesco.

3En d’autres temps et d’autres lieux « Mais comment peut on être persan » exprimait déjà si bien l’incapacité chez ceux qui, trop étroits d’esprit, ne peuvent appréhender la différence de culture.

4La légende immémoriale du Dieu Shiva. Le Shiva-purâna. Traduit du sanskrit, présenté et annoté par Tara Michaël. Connaissance de l’Orient. Gallimard. p28-29


Ce Chapitre est extrait du livre:
CHAMANISME, chemin d’extase.
YOGA, chemin d’enstase

Informations sur l’auteur :
Eric Marchal

* Chamanisme : les-forges-de-sylva.info
* Yoga : www.yoga-lyon.info
* Tantra :  www.savitur-tantra.fr
* www.eric-marchal.com

Informations sur la maison d’édition :
* www.sirr-athanor.com

Editions Sirr-Athanor
Collection « Collection Ichor : Spiritualités »
Auteur: Eric Marchal
Parution : mai 2016
Pages : 326 pages
Format : 16.5 x 23 cm
ISBN : 978-2-9557176-0-8

Cette œuvre est publiée sous la licence : Creative Commons BY NC ND
Vous êtes autorisé à : partager, copier, photocopier, distribuer et communiquer cette œuvre par tous les moyens et sous tous les formats, selon les conditions suivantes :
Attribution : vous devez créditer l’œuvre, intégrer un lien vers la licence.
Pas d’Utilisation Commerciale : vous n’êtes pas autorisé à faire un usage commercial de cette œuvre, tout ou partie du matériel la composant.
Pas de modification :
(plus d’infos sur la licence créative Commons / Copy Left / Gauche d’Auteur, et sur notre engagement pour cette forme de partage, en cliquant ici)