Yoga chemin d ‘enstase : Salutation au Soleil

2. c) Salutation au Soleil

D’humeur goguenarde, alors que le soleil est déjà haut, Eclair Cramh lance à son jeune disciple :

– Viens, tu es prêt à venir saluer le soleil avec moi maintenant !

Et il rentre dans la cabane, sous les yeux ahuris de Ramalec.

Satisfait de son petit effet, Eclair commence à dégager un petit espace dans la cabane, à même le sol. Ramalec le rejoint bientôt, le regard interrogateur et l’aide sans bien comprendre, avant que de n’oser un timide :

– Mais le soleil est déjà bien haut.

– Oui !

– Mais il fait sombre ici, et je ne vois plus le soleil.

– Oui !

Le Hata-Yogin doit s’établir […] en un lieu à l’abri de tout trouble, et pratiquer à l’intérieur d’une petite cellule de la dimension d’un arc, exempte de pierres, de feu et d’eau, et située dans un endroit solitaire […] La cellule doit avoir une petite porte ; être sans fenêtre, sans trou ni fissure, ni trop haute ni trop basse, correctement enduite d’une épaisse couche de bouse de vache, propre, absolument exempte d’insectes.1

– Et je te fais grâce des bouses de vache. A défaut ces deux nattes feront l’affaire.

– Mais nous ne regardons même pas en direction du soleil qui est presque à son zénith maintenant vers le sud.

– Oui, notre regard intérieur est bien tourné vers lui.

Quand le Yoga n’était encore pour Ramalec qu’un exotisme lointain, il s’interrogeait « mais comment peut on être Yogi ». Maintenant qu’il commence à le pratiquer, la première phrase qui lui vient à l’esprit est carrément : « Mais ils sont fous ces Yogis ! »

– Mais grand père, je connais déjà bien les salutations au soleil. À chaque Solstice et chaque équinoxe, nous nous regroupons, dehors, et la cérémonie commence bien avant que le soleil n’apparaisse. A tel point que, enfant, pendant longtemps, j’ai cru que c’était nos chants, et ceux des oiseaux qui faisaient revenir le soleil

– Moi aussi… d’ailleurs je me demande si je ne le crois pas encore un peu… sourit Eclair Cramh

– Une fois par an même, j’ai bien vu cette danse du soleil2 où des braves se suspendent à un arbre central et dansent autour en fixant le soleil. Ils laissent leurs chairs se déchirer et donnent leur souffrance pour leur peuple, prenant le soleil à témoin. Ainsi, ils rendent hommage aux femmes, qui laissent leurs chairs se déchirer dans l’accouchement pour transmettre la vie. en tout cas, cela a un sens… Mais venir faire une salutation au soleil ici et maintenant, n’a vraiment aucun sens !?

– Je t’ai dit que maintenant tu allais commencer à pratiquer. Comment peux-tu encore avoir la naïveté (ou l’arrogance) de croire que tu vas comprendre le sens de la pratique juste avec des mots, des questions et des élucubrations mentales ? Fait plutôt comme moi !

Et Eclair commence alors une série de mouvements. Ramalec tente de l’imiter tant bien que mal.


Pour le profane, ces gestes sont assimilés à des mouvements de culture physique. Ils différent, cependant, de ces derniers car ils nécessitent une attention constante, non seulement sur le geste lui-même, mais sur la liaison avec le souffle. Leur bonne exécution est un test des possibilités du pratiquant quand à son attention et à sa concentration de pensée.3

Au premier degré de cette enchaînement postural de la salutation au soleil tel qu’Eclair le partage avec Ramalec son intention est simple. Juste aider Ramalec à se « détendre, lui apprendre à mieux respirer et à se recentrer, successivement dans le ventre, dans la tête et dans le cœur. Un travail postural pour le calmer, puis le dynamiser et acquérir une certaine maîtrise du corps dense, le corps de chair. 4»

Eclair répète inlassablement l’enchaînement que son corps connaît plus profondément que lui même. Ramalec s’applique maintenant, tant et si bien qu’à la fin, il peut faire la salutation en se centrant sur lui-même, plutôt qu’en imitant son instructeur.

– Alors comment te sens tu ? Questionne Eclair en mettant fin pour aujourd’hui à l’exercice.

– Je me sens bien, mais je n’ai pas réussi à voir où saluer le soleil qui est dehors, … et… (Ramalec cherche ses mots en son for intérieur, hésite )… c’est comme si j’avais un peu pu sentir une autre lumière dans cette cabane, dans mon corps.

Le sourire d’ Eclair Cramh est sa seule réponse, mais on y voit poindre déjà la seule fierté possible du maître ; l’espoir d’un jour voir son élève le dépasser.

1Hata-Yoga-Pradîpikâ – par Tara Michaël – Espace Intérieur – Fayard – p88-89

2La danse du soleil : Wiwanyank-Wachipi est une danse rituelle chez les Sioux Lakotas

3« Danse Cosmique » – Collection l’Homme profond – Cariscript – p23. Roger Clerc parle là des « 18 mouvements préliminaires » et pas de la salutation au soleil.

4« Danse Cosmique » – Roger Clerc – Collection l’Homme profond – Cariscript – p13.


Ce Chapitre est extrait du livre:
CHAMANISME, chemin d’extase.
YOGA, chemin d’enstase

Informations sur l’auteur :
Eric Marchal

* Chamanisme : les-forges-de-sylva.info
* Yoga : www.yoga-lyon.info
* Tantra :  www.savitur-tantra.fr
* www.eric-marchal.com

Informations sur la maison d’édition :
* www.sirr-athanor.com

Editions Sirr-Athanor
Collection « Collection Ichor : Spiritualités »
Auteur: Eric Marchal
Parution : mai 2016
Pages : 326 pages
Format : 16.5 x 23 cm
ISBN : 978-2-9557176-0-8

Cette œuvre est publiée sous la licence : Creative Commons BY NC ND
Vous êtes autorisé à : partager, copier, photocopier, distribuer et communiquer cette œuvre par tous les moyens et sous tous les formats, selon les conditions suivantes :
Attribution : vous devez créditer l’œuvre, intégrer un lien vers la licence.
Pas d’Utilisation Commerciale : vous n’êtes pas autorisé à faire un usage commercial de cette œuvre, tout ou partie du matériel la composant.
Pas de modification :
(plus d’infos sur la licence créative Commons / Copy Left / Gauche d’Auteur, et sur notre engagement pour cette forme de partage, en cliquant ici)